Parade – Groupe Eram (promotions 2017-2018 & 2018-2019)

Franck Chérel "C’est une première mondiale et une innovation 100% Pays de la Loire.   "

Franck Cherel, Directeur Général Parade

L’entreprise Parade, du groupe Eram, a participé à deux sessions du Disrupt’ Campus Nantes. Ces deux phases ont permis à l’entreprise de développer des produits uniques et de tester de nouvelles idées. Aujourd’hui, certains prototypes produits par les étudiants durant le programme ont continué à être développé par l'entreprise et certains sont déjà en vente.
Disrupt’ Campus a aidé Parade à créer un spin-off de la marque dédié aux chaussures connectées, et a contribué à des premiers succès comme l'obtention d'un prix au CES Las Vegas, ou la transformation de son organisation pour des modes de travail plus agiles.

Fiche entreprise  

Logo parade



Nom : Parade
Groupe : Eram
Effectif : 120 personnes
CA : 22,6 millions €
Activité : Fabricant de chaussure de sécurité
Département siège social : 49
Site internet : parade-protection.com
 

Spin - off

parade connect
Nom : Parade Connect
Groupe : Eram
Effectif :
CA :
Activité : Fabricant de chaussure de sécurité connectée
Département siège social : 49
Site internet : parade-connect.com

Sujet  

Objets connectés : transformer chaque situation d’isolement à risque en un moment plus sécurisé


Distinctions   


CES Award Lors du Consumer Electronics Show (CES) 2019 à Las Vegas, le plus gros salon mondial sur les nouvelles technologies, les premiers prototypes, nommés E-vone, ont été reconnus comme un véritable projet à impact sociétal positif et ont été récompensés par le CES Innovation Awards dans la catégorie “Technologie pour un monde meilleur”.

 

L'expérience Disrupt' Campus  

Quel est le projet que vous avez porté au sein de Disrupt’ Campus Nantes ?


Parade est une filiale du groupe Eram. Notre métier est de fabriquer des chaussures de sécurité et les distribuer. Nous sommes un employeur important du Maine et Loire et des Pays de la Loire.
Nous avions, auparavant, des relations assez importante avec l’Université de Nantes. Un ancien DRH du groupe avait déjà beaucoup travaillé sur la digitalisation du groupe. Alors, quand nous avons entendu que nous pouvions faire une expérimentation dans Disrupt’ Campus, ça nous a chatouillé les oreilles. Pourquoi ?
Nous avions eu l’idée de mettre de l’électronique dans une chaussure toute bête. De là, est venue une quantité d’idées absolument incroyables. Nous n’allions pas pouvoir tout adresser en même temps et surtout, cela venait percuter nos habitudes. Il fallait réinventer un service, un business model, ce qui nous posait des questions juridiques et techniques. Nous avons alors observé que des gens, dans l’entreprise, qui n’avaient pas l’habitude de travailler ensemble, se retrouvaient face à des problématiques nouvelles de dé-silotage.

Pourquoi avoir confié votre projet au Disrupt'Campus Nantes ?


Nous trouvions attrayant d’avoir trois universités très différentes qui travaillent ensemble. Des gens du business, des gens de la tech et des gens de l’usage cela nous semblait être un laboratoire intéressant. Nous y sommes donc allés pour faire un essai.


Vous avez participé à deux éditions. Vous pouvez nous en dire plus ?


Nous avons participé à 2 sessions.
Lors de la première session, notre projet était de développer une chaussure connectée qui détecte les chutes. Nous travaillons dans le monde du professionnel et nous voulions aborder un autre domaine avec une population fragile : les seniors et les personnes en situation de handicap. Nous avons donc demandé à Disrupt’ Campus de faire un crash test pour déterminer si c’était une vraie bonne idée ou une fausse bonne idée. Les étudiants ont effectué des interviews, prototypé, développé des applications et testé les idées. Cela nous a permis rapidement de questionner des personnes concernées et de fermer des portes. Nous avons ainsi pu savoir quels services étaient intéressants, lesquels pouvaient être développés et ce qu’il fallait stopper.


Durant la deuxième session, nous sommes revenus sur notre domaine originel, celui de professionnel de la chaussure de sécurité, avec une nouvelle idée : et si la chaussure devenait un hub général qui récupérait toutes les données autour de l’opérateur pour savoir s'il est bien protégé ? S'il effectue la bonne opération au bon moment ?
Les équipes ont travaillé dur pour proposer un défrichage complet aboutissant à des prototypes très intéressants. À tel point, que nous avons continué à les développer aujourd’hui avec des laboratoires pour passer le projet sur un autre niveau. Mais cette première phase était indispensable.


Quels sont les intérêts d’une telle collaboration avec des étudiants et l’Université ?


Aujourd’hui, avec la transformation digitale, nous sommes obligés de faire venir en permanence de nouvelles personnes dans l’entreprise, en plus de former nos collaborateurs à de nouveaux métiers. Il y a des projets qui sont tellement différents de ce qu’on a l’habitude de faire, que cela demande une base culturelle et un savoir-faire technologique qu’une entreprise n’a pas toujours.
La nouvelle génération a un rapport au numérique différent, plus spontané. Ils savent travailler en mode collaboratif avec des outils numériques poussés. Cela leur parait naturel. Ils ont appris à tester et vivre l’échec. L’itération est donc quelque chose de naturel.
Si vous prenez 6 ou 7 étudiants avec des parcours et cultures différentes pour les faire travailler ensemble : cela donne un bouillon de culture extraordinaire et vivifiant pour l’entreprise ! Ce sont les jeunes, aujourd’hui dans les universités, qui deviendront nos collaborateurs de demain et c’est une richesse.

 

Résultats  

Deux équipes ont travaillé sur des projets d’objets connectés. Parade souhaitait faire des crash tests avec des équipes d’étudiants pluridisciplinaires ayant une forte culture digitale et acculturer des collaborateurs aux nouvelles pratiques de l'innovation.
 
Chaussures connectées evone   schéma evone Award
 
  • 2016 : lancement de l’idée
  • 2017-2018 : Premier projet avec Disrupt’ Campus Nantes : "E-vone", la chaussure connectée pour personnes âgées. Ce projet avec Eram a remporté un award au CES Las Vegas
  • 2018-2019 : Après le second projet sur des Équipements de Protection Individuel connectés, l’entreprise a revu son organisation (en silo) pour permettre à ses équipes d’échanger plus régulièrement et de travailler en mode Agile. Ce projet a permis à une collaboratrice de passer d'assistante chef de produit à Cheffe de produit.

we network

  • 2018 - 2019 : travail avec WeNetwork à Angers sur le cahier des charges et les premiers tests, accélération par ADN Booster et création de Parade Connect
  • 2020 : lancement de la gamme de chaussures connectées pour professionnels
Parade : chaussures connectées
 

Découvrir d'autres parcours d'entreprises

Interview Guillaume Grau
Groupe Gruau, Promotion 2019-2020

En septembre 2019, le groupe Gruau a intégré deux collaborateurs à la 2e promotion Disrupt’ Campus Nantes pour travailler sur les problématiques de livraison au dernier kilomètre. Découvrir le projet.